Lumieremaasai

Association de soutien au peuple Maasaï

19 mars 2017

LE KENYA CONFRONTE A NOUVEAU A UNE TERRIBLE SECHERESSE

Classé dans : John — lumieremaasai @ 20 h 50 min

La communauté Maasaï en proie à une grande détresse à cause d’une sécheresse qui perdure encore et encore, qui s’étend tous les jours davantage!!!!

Voici le tragique témoignage du Maasaï John, de la région de Maasai Mara:

Traduit par Marie

En terre Maasaï, ça va vraiment très mal. Nous traversons là des moments particulièrement stressants. Sachez que j’ai moi-même perdu 11 vaches et un âne. Une vache coûte en moyenne 30,000 shk (environ 300 €). C’est bien triste et très pénible. Par endroits, des Maasaï en sont réduits à se nourrir de fruits sauvages et de tubercules parfois toxiques et entraînant la mort.

L’image contient peut-être : plein air et nature

Je suis installé à 7 km de la réserve de Maasaï Mara. Nous faisons désormais face à des relations conflictuelles dues à la délimitation des terres. En effet, la population locale a décidé de matérialiser les lopins de terre pour les besoin des animaux domestiques : ce sont maintenant des propriétés privées, et le corridor des animaux sauvages s’en trouve entravé, générant des conflits entre les gens et la faune sauvage, chacun luttant de son côté pour survivre. A cause de la délimitation des terres, les gens vivent sur les territoires de la faune sauvage et cette dernière est contrainte d’appliquer de nouveaux moyens de survie ; les babouins par exemple se nourrissent de chèvres et de moutons, ce qui génère un conflit sans précédent.

Dans le même temps, nous devrions songer à introduire de nouvelles activités économiques qui nous permettraient de survivre, plutôt que de garder le bétail. Faute de quoi, la génération à venir ne verra plus les gens en interaction avec la faune sauvage, comme ça l’était autrefois.

Sous l’effet de la sécheresse qui perdure, des écoles Maasaï ont fermé leurs portes à cause du manque de nourriture et d’une baisse de la fréquentation scolaire. De surcroît, des maladies se déclarent car les gens consomment de l’eau sale et se nourrissent de cadavres d’animaux. Jusqu’à maintenant, les plus touchés dans la communauté sont les femmes et les enfants.

26 septembre 2016

SMART HARVEST

Classé dans : Kenny Matampash — lumieremaasai @ 23 h 11 min

MAGIC THAT BROUGHT LIFE IN A « DESERT »     EVERYTHING IS POSSIBLE !!

INDUPA FERME D’ABONDANCE

SMART HARVEST dans Kenny Matampash

Sukuma Wiki Shamba in Kajiado County. Chocking dust. Blazing sun. Withered vegetation. That is the rude welcome one receives as they drive to Mama Phylis Matampash and her husband Kenny Matampash’s farm deep in Kajiado County.

The journey to the farm in Indupa village, 34 kilometres from the main road is so torturous due to the harsh terrain and the hot climate, that the question you keep asking yourself is: what good can come out of this barren land? Plenty indeed. And this is evident from the signs and wonders going on at the Matampash’s vast farm which is a stark contrast to the surrounding wilderness. The couple has perfected the art of agricultural diversification, blending cattle-rearing with horticulture so brilliantly in a dry region. It’s simply amazing. One of the reasons crops are bursting with is because the land is virgin (no crops have ever been grown there). So whatever is planted thrives because the soil is packed with nutrients. They started the farm five years ago and it is now a Garden of Eden.

From the healthy Sahiwal and borana cows, to the rich sukuma wiki that is almost ready for harvest, to the lively tomatoes that are sprouting fruit, to the green tissue culture bananas, this is a wonder of sorts in an area that is so dry, locals have never dared grow crops. They have always played it safe, opting to stick to good old pastoralism.

How they did it “What is happening here is a testimony that good can come out of this neglected land. We are proving to the community that crops can grow in this virgin land,”

Mrs Matampash tells the Smart Harvest team as she takes them through the farm. So how did this magic start? Mrs Matampash, a former teacher says when she realised the potential of that area, she decided to quit her job in 2010 to focus on farming. “I got tired of buying green produce from the market. Ninety percent of the traders in that market you passed through on your way here are outsiders from Kiambu, Karatina and other parts of Central.

« Every Saturday, they bring mboga, potatoes, beans, green peas, bananas to the market. I was tired of buying crops from the market,” says the mother of four.

Every Saturday, they bring mboga, potatoes, beans, green peas, bananas to the market. I was tired of buying crops from the market,” says the mother of four.

To test the waters, she started with a small kitchen garden where she planted a few sukuma wiki, managu, terere, dhania and capsicum which did very well. Having seen the potential of the farms, she spoke to her husband about the idea of putting more acreage under crops for commercial purpose and he was for the idea. But there was a bigger river to cross: Water. “Water is a big problem here and the dam that we depend on plus all the seasonal rivers had dried up. So for us to make it, we had to have a consistent and constant supply of water,” she says. To solve that problem, Mr Matampash used his savings and sunk a borehole at a cost of Sh3.5 million.

When that problem was sorted, it opened a floodgate of possibilities in horticulture farming.

 On top of the hundreds of cattle they were keeping, they started growing various crops, keeping chicken, rabbits, geese and the farm burst into life. “I stopped buying mbogas from the market. I think I am the only local here who brings fresh produce to the market. For now I sell mbogas, but in December I will bring tomatoes and fruits such as water melon and in future, mangoes and oranges,” Mama says with enthusiasm. Farming has opened numerous doors and opportunities for Mrs Matampash, and she cannot stop talking about its prospects. She bought her first car with money from goats and has travelled far and wide because of farming. “I think quitting teaching and going into farming is the best decision I ever made. Look at all this abundance. I should have done it earlier, don’t you think?” she asks breaking into her infectious laughter.

 While cows in the area are so emaciated and waiting to die, her bulls and heifers are full of life, they would be an envy of many at the annual Brookside Breeder’s show.

Her heifers produce several litres of milk which she supplies at the local dairy. Her remarkable success with dairy farming has landed her a position of secretary general of Masaai Dairy Cooperative that has members from the vast Kajiado County. Of all the projects that she runs, the most fascinating is the rabbits. “Masaais are associated with cattle and not rabbits. So it is a unique thing here and people wonder why I keep them,” she says. What the naysayers do not know is that the rabbits are ready money once you secure a contract with a supplier like she has done. Indeed the Matampash project is a model farm with a sea of lessons and even when it was time to leave, I kept feeling that I wanted more.

 

 

 

YANNE MATIS EN CONCERT A BOURG EN BRESSE

Classé dans : catégorie — lumieremaasai @ 22 h 06 min
L’image contient peut-être : concert, une personne ou plus et texte

24 juin 2016

UN CONCERT EXCEPTIONNEL !!!!!!!! Rappelez-vous, c’était le 21 mai à Labergement Ste Marie

Classé dans : Actions Manifestations,catégorie — lumieremaasai @ 22 h 43 min
Image de prévisualisation YouTube

1 mai 2016

C’est ………Bientôt!!!!!!!!

Classé dans : Actions Manifestations — lumieremaasai @ 19 h 53 min

L’association Lumière Maasaï organise un concert Folk Song avec YANNE MATIS BAND, hommage à Joan Baez et Bob Dylan,
le samedi 21 mai 2016 à 20h30 à Labergement-Ste-Marie 25160.

Ce concert est organisé pour pour aider à financer un projet de de ramassage et recyclage des déchets en pays Maasaï au Kénya. Kenny Matampash représentant du peuple Maasaï du Kénya sera présent à cette soirée.

 

6 avril 2016

Concert Folk Song du 21 mai 2016

Classé dans : Actions Manifestations — lumieremaasai @ 11 h 49 min

Ne ratez pas ce merveilleux moment! Du bonheur et des émotions vous attendent!!!

Publication de Yanne Matis

YANNE MATIS a ajouté un évènement.

Concert Folk Song du 21 mai 2016 dans Actions Manifestations
21MAI

sam20:30 · Labergement-Sainte-Marie, France

YANNE MATIS et ses musiciens seront à l’Espace Vallières, 14 rue du Lac, à LABERGEMENT SAINTE MARIE (25) YANNE interprètera les plus lumineuses chansons de Joan Baez, Bob Dylan, Simon and Garfunkel, Léonard Cohen…Réservation conseillée auprès de MME Françoise CORDEREIX – tél 07 70 99 36 56

mail : lumieremaasai@gmail.com
http://lumieremaasai.unblog.fr/

26 février 2016

21 mai 2016 à Labergement-Ste-Marie Concert folk song hommage à Joan Baez et Bob Dylan

Classé dans : Actions Manifestations — lumieremaasai @ 14 h 10 min

PRENEZ DATE !!

L’association Lumière Maasaï organise un concert Folk Song le samedi 21 mai 2016 à 20h30 à Labergement-Ste-Marie.

Réservez votre soirée, ne ratez pas ce beau moment avec Yanne Matis Band !

Faites suivre à vos contacts, MERCI !affiche concert matis copie.jpg (2)-page-001

16 décembre 2015

Vente de Bijoux et Artisanat Maasaï

Classé dans : Actions Manifestations — lumieremaasai @ 18 h 06 min

 

 

Nous vous attendons, venez nombreux!

vente

23 janvier 2014

Appel Kenny Matampash

Classé dans : Appel Kenny — lumieremaasai @ 9 h 14 min

 

Maasai Appeal to All

Publié par Kenny Matampash ole Meritei le 1 novembre 2011 • Dans la catégorie Grotius International Traduit par Marie-Thérèse Chanois-Gonnot

LA TERRE

Les Maasai sont les victimes du passé colonial. C’est aujourd’hui que nous, pasteurs  Maasai du Kenya (Afrique Orientale), en subissons  le contrecoup et les effets. L’on nous accule au pied du mur et le temps est venu de faire entendre notre voix. Tout a commencé lorsque le gouvernement colonial britannique nous a pris nos meilleures terres  pour le compte des Colons Blancs et que sous la contrainte il nous a chassés de notre héritage, la terre de nos ancêtres. A partir de là, nous avons perdu notre fierté, notre héritage, notre culture, nos traditions,  et notre tissu social a commencé à s’effondrer. Le gouvernement africain en place a suivi la même voie et dès lors affiche invariablement la volonté farouche de provoquer les Maasai. Ils veulent nous voir adopter d’autres cultures.  Actuellement, la Terre Maasai est privatisée, il n’existe plus de propriété collective. Le problème est d’envergure !  Nous perdons nos terres au profit d’étrangers et de sociétés multinationales.  Ce ne sont plus des pâturages : elles sont utilisées pour l’agro-alimentaire, l’élevage de volailles ainsi que pour les serres où sont cultivées les fleurs destinées à l’exportation vers l’Europe et l’Amérique. L’environnement, à l’instar des sols, est totalement pollué sous l’effet des produits chimiques et des substances toxiques dont se servent ces gros monstres !! Nos vaches succombent en mangeant l’herbe et en buvant l’eau. Ces sociétés ont même creusé des puits artésiens, entraînant l’assèchement de nos puits  traditionnels, peu profonds. Le niveau de la nappe phréatique est au plus bas.

LE PASTORALISME (l’élevage extensif)

Le pastoralisme, c’est notre mode de vie. Ca nous plaît énormément et nous en avons une connaissance approfondie. Il protège l’environnement des dégradations. Les Maasai ont un système bien approprié quant à l’utilisation de la terre. Cet environnement fragile est menacé par le nouveau système d’utilisation des terres, totalement destructeur. De plus en plus, les Maasai découvrent la vie urbaine. Ils se rendent dans les grandes villes  à la recherche d’un emploi. Bon nombre d’entre eux se retrouvent sans terres et occupent illégalement leur propre terre.

LE TOURISME

Les plus beaux parcs nationaux d’Afrique Orientale sont situés en Terre Maasai (…….). C’est sur les meilleures terres Maasai que ces parcs nationaux sont implantés. Des terres où avant les Maasai faisaient paître leurs animaux pendant la saison sèche. Actuellement, les animaux ne peuvent paître sur ces terres. Même en période d’absolue sécheresse. Les pasteurs Maasai,  qui depuis des siècles sont les gardiens des animaux sauvages, ne tirent qu’un faible bénéfice de l’exploitation de ces parcs nationaux.

LA SECHERESSE ET LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Actuellement, les sécheresses sont plus fréquentes que jamais dans les ASAL (zones arides et semi-arides) du Kenya. Les Maasai perdent leurs animaux et ils dépendent désormais de l’aide alimentaire. Ces changements climatiques ne sont pas naturels, l’homme en est la cause. Il faut que les Economies Développées arrêtent de nous massacrer !! Alors mettons un terme aux discours et aux conférences interminables. Pour l’heure, il nous faut passer à l’action.

Kenny Matampash

Classé dans : Kenny Matampash — lumieremaasai @ 9 h 12 min

DSC01167 Kenny MATAMPASH Ole MERITEI, porte-parole du peuple Maasaï est un Sage, fort de deux identités : L’une est traditionnelle, il a reçu les enseignements complets de la Tradition et l’autre est moderne, il a fait des études en sociologie et en écologie au Canada, en Grande-Bretagne et au Pays-Bas.

Kenny Matampash a fondé une ONG en 1996 « Neighbours Initiative Alliance »(NIA) qui est une organisation non gouvernementale qui travaille avec les Maasaïs dans le comté de Kadjiado, au Kénya.  Elle a été créée et enregistrée en 1996 en tant qu’organisation à but non lucratif dans le cadre de la loi sur la coordination des ONG. NIA est un organisme de prestation de services qui répond aux besoins des groupes défavorisés et vulnérables, au sein du peuple Maasaï. L’activité principale de NIA consiste à aider la communauté à se prendre en main grâce à l’Education, à susciter la prise de conscience, à maintenir la pression, à demander justice, à effectuer des missions de recherches et d’enquêtes, enfin à promouvoir la durabilité économique de la communauté.

 Kenny MATAMPASH est responsable de la distribution de l’aide alimentaire dans le cadre du « Programme Alimentaire Mondiale » en Pays Maasaï et est consultant en écologie pastorale auprès de la Banque Mondiale.

Malgré ses activités « modernes » Kenny MATAMPASH vit au quotidien au sein d’un village traditionnel, avec ses troupeaux de vaches, de moutons et de chèvres.

 « …beaucoup de gens aujourd’hui limitent leur vie à l’acquisition de biens matériels, calculant tout, froidement, sans penser qu’il puisse y avoir autre chose. Le bonheur pour eux est d’avoir toujours plus, et ils vont de petit plaisir en petit plaisir, ne se doutant pas que leur mode de vie les tue à petit feu et nous amène tous inéluctablement vers des printemps silencieux où les animaux et les abeilles se tairont à jamais… Pourtant, je vous le dis , la Vie est absolument magique et si vous accepter l’enfant qui est en vous, si vous avez le cœur pur , la joie et la spontanéité, si vous êtes aimant, prêt à vous émerveiller et à accepter la divinité qui est en vous –car ayant traversé au moins un désert, vous développerez l’Intuition salvatrice et le discernement protecteur, vous serez le Miracle-, alors, grâce à votre transformation, notre irremplacable Terre-Mère sera sauvée. »

(Extrait de l’enseignement de Kenny,  Messages d’un Maasaï à l’Occident,éditions Retour à la Vie. 2009)

12
 

Emmaus Cent Pour Un |
La Boule Lugonnaise |
Albadanse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Partageonsclaviers
| Lesirisaubresil
| Cescneuvilleauxbois